Get Adobe Flash player
 
 

Pourquoi arreter de fumer ?

Le plaisir de fumer

Il y a certes un plaisir de fumer qui est lié à la dépendance nicotinique mais quelques dizaines de minutes après avoir fumé, la concentration de nicotine dans le sang ayant beaucoup diminué, des troubles causés par le manque réapparaissent (anxiété, irritabilité, etc... ) Ces troubles disparaissent dès que l'on fume à nouveau, ce qui explique le sentiment de plaisir et de soulagement que l'on éprouve à fumer ainsi que l'extréme difficulté à arrêter

 

                         Le plaisir à arrêter de fumer                    

Arrêter de fumer peut procurer du plaisir .

Non seulement arrêter de fumer peut procurer un sentiment de réussite, mais on se sent aussi en meilleure forme. Le goût et l'odorat réapparaissent ,au bout d'une semaine, les aliments et boissons sont plus savoureux . En fait à peine 8 heures après avoir arrêter de fumer des effets positifs se font déjà sentir .

 

Le tableau chronologique suivant liste l'ensemble de ces effets positifs .

8 h

L'oxygénation du sang revient à la normale . Les risques d'infarctus du myocarde commencent à diminuer

24 h

Le monoxyde de carbone est éliminé du corps. Les poumons commencent à éliminer les mucus et les goudrons . Le risque d'infections respiratoires , type bronchite et pneumonie, commence à baisser

48 h

La nicotine n'est plus décelable dans le sang

1 semaine

Les sens du goût et de l'odorat s'améliorent

3 à 9 mois

La respiration s'améliore (moins de toux, davantage de souffle) . La fonction pulmonaire est augmentée de 5 à 10 %

1 an

Le risque de maladies du cœur (infarctus, par exemple) est réduit de moitié

5 ans

Le risque d'attaque cérébrale est réduit de moitié . Le risque de cancer de la bouche, de l'œsophage et de la vessie sont réduits de moitié

10 ans

Le risque de cancer du poumon est réduit de moitié. Le risque d'accident vasculaire cérébral rejoint le niveau de risque des non-fumeurs

15 ans

Le risque de maladies du cœur (infarctus, par exemple) rejoint celui des non-fumeurs . La mortalité (toutes causes confondues) rejoint quasiment celle des personnes qui n'ont jamais fumé